Stop à la précarisation des retraités !


L’unité syndicale, certains en rêvent, d’autres la font.

C’est le cas de 9 syndicats de retraités qui mènent un même combat contre les agressions dont ils sont victimes chaque jour que dieu fait et à chaque décision du Gouvernement quand il doit trouver de l’argent pour financer les cadeaux faits aux très riches de ce pays.

A leur invitation, adressée à l’ensemble des parlementaires d’Ille et Vilaine, je me suis rendu à leur rencontre le 9 novembre dernier en représentant ma collègue Sylvie Robert, elle-même à une autre rencontre au même moment, avec son attachée parlementaire. Madame Maillard Méhaignerie était pareillement représentée par sa collaboratrice.

Une colère légitime

Ensemble, et chacun, les représentants de la CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, Retraités de la Fonction publique, LSR et Ensemble et Solidaires ont exprimés leurs très fortes craintes face aux coups de bambous fiscaux du Gouvernement à leur endroit. Ils ont brillament exprimés leur ras-le-bol et leur colère, remontant de multiples et constantes remontées de nos seniors.

Seulement deux chiffres suffisent à montrer la légitimité de leur colère :
– Revalorisation famélique des pensions de retraite de 0,8 %, après de longues années de gel
– et augmentation de la CSG (+1,7) point au 1er janvier 2018, c’est a dire le ruissellement à l’envers des plus fragiles (moins de 1200 euros par mois) vers les ultra riches !

Que répondre à ce sentiment d’abandon de la part de la Nation sinon qu’ils ont raisons et que leur combat et juste ?

L’importance du débat parlementaire

J’aurai tant aimé que les nombreux parlementaires de la majorité et ceux de la droite aient pu justifier les choix qu’ils ont votés. Hélas, certainement légitimement retenus par d’autres obligations, ils n’ont pu le faire. Je ne doute pas qu’ils auront à cœur de répondre à cette invitation dès que leur agenda le leur permettra. Et qui sait peut-être signer la pétition qui réclame l’annulation de la hausse de CSG et la revalorisation des pensions de retraite ? N’ont ils pas renoncé en juillet à supprimer la référence à la Sécu dans la constitution?

Je tiens à remercier les organisations syndicales pour notre échange riche en propositions. Nous avons en commun le souci de préserver la Sécurité Sociale, joyau de la Nation, des appétits féroces des grands groupes financiers et des technocrates de Bercy à la recherche de carburant pour financer leurs largesses pour les plus nantis.

Dans ce combat commun, ils peuvent compter sur les Sénateurs Socialistes pour défendre nos idéaux de solidarité et de fraternité, avec le souci faire vivre le 11ème alinéa du préambule de la Constitution de 1946 : « La Nation garantit à tous, et notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *