Edito – Et si être socialiste c’était une invitation au rêve pour un autre Monde


« Certains regardent le Monde tel qu’il est et se demandent pourquoi. D’autres regardent le Monde tel qu’ils voudraient qu’il soit et se disent, pourquoi pas !! » GB Shaw

Quelle plus belle maxime peut ainsi marquer la différence entre le conservatisme et la volonté de progrès, de justice, de construction d’un monde qui offre à chacun les possibilités de s’épanouir, d’exprimer ses talents, de réussir sa vie quelle que soient les conditions de sa naissance, de son origine sociale.

Etre socialiste c’est être capable de nourrir un rêve

Etre socialiste c’est d’abord porter en soi un rêve, celui d’une société du bien vivre, de la cohésion sociale dans laquelle chacun trouve sa place, dispose de tous les outils pour vivre une scolarité heureuse, pour se sentir en sécurité  parce que la violence gratuite n’a pas de fondement. Les rancoeurs, les révoltes qu’engendre le sentiment d’avoir été condamné à un destin négatif dès sa naissance sans possibilité d’infléchir un destin irrémédiablement forgé parce que c’était déjà celui de ses parents après ses grands parents.

Etre socialiste c’est offrir aux Françaises et aux Français un récit partagé d’une vie meilleure pour tous parce que fondée sur la solidarité, l’égalité des chances, le droit au bonheur et à l’accomplissement de tous, au respect de notre Terre, de notre environnement.

Une utopie dont on sait qu’elle ne deviendra pas réalité demain mais qu’elle est l’étoile brillante dont la volonté partagée de l’atteindre rassemble les énergies et représente le fil rouge qui guidera toutes les actions que les politiques engageront. Utopie qui permet de différer les satisfactions catégorielles, corporatives, sûrs que la société idéale est l’aspiration commune.

A nous alors, au Gouvernement de proposer une vision d’un Monde de citoyens émancipés, serein.. .

 

Ainsi seront alors élaborés les outils nécessaires à l’atteinte des objectifs partagés : une grande politique de la petite enfance, la formation tout au long de la vie, le développement des énergies renouvelables, un nouvelle gouvernance de l’économie, le développement de l’économie sociale et solidaire, le droit à une vieillesse digne et heureuse, le droit à l’exercice de la citoyenneté etc…

La société libérale – fut elle avancée – telle que nous la connaissons est condamnée parce que la croissance ne peut être infinie, parce que les ressources naturelles sont limitées, parce que ce monde se délite et se dégrade, parce que la violence et les frustrations enflent et explosent parfois.

Il nous faut alors écrire un  grand projet pour demain… c’est le prix à payer pour redonner à la politique toute la noblesse qu’elle n’aurait jamais dû perdre, érodée par le réalisme, le pragmatisme, les mesures nées des sondages..

Demain connaîtra le rêve ou ne sera pas.

One thought on “Edito – Et si être socialiste c’était une invitation au rêve pour un autre Monde

  1. Si l’on rêve seul, ce n’est qu’un rêve.
    Si l’on rêve à plusieurs, c’est déjà une réalité.
    L’utopie partagée ; la lanterne qui éclaire le chemin de ceux qui s’y engagent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *