Le Front National : le risque de la division et du conflit, de la violence


Le discours du FN : une catastrophe économique et financière, l’incitation au rejet de l’autre et à la haine, la sortie de l’Europe qui nous a épargné la guerre pendant 70 ans ; Tous les ingrédients seraient réunis pour une explosion de la violence.

Le marasme économique comme horizon

J’entends avec inquiétude les contre-vérités du Front National et le raisonnement simpliste qui rend l’Etranger responsable de tous nos maux – alors que de nombreuses études montrent que les pays hôtes sont les grands bénéficiaires de l’immigration à condition, bien entendu, qu’elle soit contrôlée.

Je lis avec colère et crainte pour l’avenir, dans les réseaux sociaux, les « fake news », les mensonges qu’il invente, qu’il véhicule pour discréditer la classe politique, dénoncer « le système » dont il se sert plus abondamment encore que tout autre. Comment notre démocratie a pu en arriver là :  fonder en partie une élection sur les peurs injustifiées, les travestissements de la vérité… ?

Dans quel état se retrouverait la France si, par malheur, le FN accédait à la Présidence de la République ? Les perspectives d’enfermement à l’intérieur de nos frontières nous conduiraient à un véritable marasme économique et social. Comment imaginer un seul instant qu’instaurant des droits de douane sur nos importations, les pays tiers n’agiraient pas de façon identique,  tarissant par là-même toutes nos exportations ? L’agriculture, la construction automobile, l’agroalimentaire en subiraient immédiatement les conséquences létales.

Les régimes autoritaires aux frontières étanches aboutissent, non seulement à la privation d’une partie des libertés, mais conduisent  à l’appauvrissement des populations. Rappelons-nous l’explosion de croissance qu’ont connu l’Espagne après la disparition de Franco et le Portugal après que la Révolution des Œillets a chassé Caetano. Ces deux pays accusaient alors  un demi-siècle – au moins –  de retard sur les autres pays de l’Europe occidentale. Il suffit de mesurer les progrès considérables accomplis en l’espace de 30 ans : en infrastructures, en modernisation de l’économie, en augmentation des salaires et du niveau de vie. Ils exportent mais ils nous achètent beaucoup et participent à notre croissance.

Bien sûr, ils ont vécu la crise qui se prolonge avec les vulnérabilités qui étaient les leurs. Mais ils ont vécu et vivent une crise de pays développé loin de la pauvreté profonde des années soixante.

 

Le développement de la haine et de la division

Pire encore – si cela se peut – le rejet permanent de l’autre parce qu’il est différent, l’intolérance quant à la pratique d’autres religions, l’exécration de la diversité ; tout cela  conduirait inévitablement à la ghettoïsation  des minorités  puis à la révolte. Les actes violents qu’induisent parfois  les  discours du FN deviendraient alors monnaie courante. Les exemples de dérive autoritaire en Hongrie, en Turquie, en  Pologne devraient nous rendre vigilants et inflexibles sur la préservation de toutes nos libertés.

Que dire des mensonges d’Etat qu’introduit l’équipe Trump, comme si le citoyen n’avait plus le droit d’accéder à la vérité et donc d’exercer son droit à construire son propre jugement ?

Tout cela n’est guère rassurant …

Supprimer toute possibilité de survie, de soins, d’alimentation, de logement aux étrangers qui attendent – après avoir fui les massacres –  une décision de l’OFPRA, aboutirait inévitablement à des gestes désespérés. Comment pourrait-il en être autrement ? Priver l’étranger d’accéder aux soins médicaux c’est courir le risque de voir se développer de grands épidémies.

Une France coupée en deux entre ceux qui revendiquent fièrement les valeurs de la France éternelle et de la République et ceux qui veulent imposer leur vue sur le rétrécissement de la conscience et la fermeture au Monde engendrerait de graves conflits …

Nous sommes en démocratie – qui comporte ses excès, ses profiteurs, ses insuffisances – et nous pouvons vivre ensemble malgré les différences de nos opinions que nous pouvons exprimer librement. Soignons nos maux, soyons rigoureux sur les conduites et la morale comme sur le respect du droit mais gardons-nous, par mouvement de colère, de jeter le bébé avec l’eau du bain. Il n’y résisterait pas.

Fut un temps où les Français étaient fiers d’une France qui brillait tel un phare des libertés dans le Monde. J’espère qu’ils le sont toujours parce que c’est notre honneur, la meilleure façon de nous rassembler autour d’une idée simple mais difficile à mettre en œuvre : vivre harmonieusement ensemble et favoriser l’épanouissement de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *