Edito – peu importent les cartes, pourvu qu’il y ait la richesse démocratique !


Débattons sur la réforme territoriale, dans une logique de développement et de démocratie de proximité

La nouvelle carte territoriale, présentée par le Président de la République, prévoit la réduction de 22 à 14 régions. Le gouvernement a choisi la voix de la fusion de territoires voisins. Sept régions toutefois conservent leurs frontières actuelles, parmi lesquelles, les Pays de la Loire. L’éclatement de cette région n’était certainement pas souhaitable, au risque de créer de gros déséquilibres. Pour autant, je regrette qu’une révision générale de la carte, méthodiquement élaborée sur un calendrier plus étalé, n’ait pas pu se tenir. Elle aurait pris le temps d’étudier les conséquences de la fusion des deux régions Bretagne et Pays de la Loire, qui pourront néanmoins continuer leurs coopérations à l’avenir, à l’image du projet d’université fédérale unique.

S’agissant des conseils départementaux, je me réjouis qu’il ait été reconnu que l’on ne pouvait pas casser l’organisation territoriale de la France en quelques mois. Ainsi, une étude sérieuse aura désormais le temps de déterminer les avantages et les inconvénients de la suppression du Département, comme nous l’avons toujours défendu.

Concernant les intercommunalités, un travail méthodique et concerté doit rassembler l’ensemble des élus locaux pour réfléchir à leur avenir. Certainement ont-elles besoin de gagner en population pour aboutir à une organisation territoriale plus dynamique, plus en prise avec les bassins de vie, les besoins et les attentes des habitants. Renforcées de la sorte, elles pourront disposer de moyens plus conséquents pour assurer un ensemble de compétences approfondi. Nous devons être guidés, pour conduire ces changements, par une logique de développement et de service rendu, non pas par une logique purement comptable, d’autant plus en temps de crise. Enfin, la question de l’élection des conseillers communautaires au suffrage universel direct ne pourra plus être éludée.

Si, à l’avenir, la décentralisation est amenée à passer aussi par l’intercommunalité, cette dernière n’aura de sens que si elle préserve la richesse démocratique que représente l’existence d’une multitude d’élus locaux, bénévoles, qui deviennent, par leur expérience du terrain et de l’intérêt général, des moteurs en matière de vie démocratique et de proximité dans notre pays. Tous les secteurs qui ont fait l’objet de transferts de compétences gérées par les élus locaux aujourd’hui ont vu se développer une concertation qui n’existait pas auparavant. Ces compétences, liées aux solidarités sociales et territoriales essentiellement, ont rapproché les citoyens – y compris les plus fragiles – des élus de proximité, conseillers généraux et maires. Ces derniers sont les premiers interlocuteurs du terrain pour nos concitoyens, qui n’ont pas toujours le capital social, culturel ou économique pour s’adresser à d’autres cadres plus éloignés.

One thought on “Edito – peu importent les cartes, pourvu qu’il y ait la richesse démocratique !

  1. Il ne faut tout de même pas perdre de vue que le but de cette réforme est d’abord de réaliser des économies…..en recherchant un meilleur rendement coût/performance, en réduisant les organes impliqués par toute décision!

    Par souci de bien faire, de faire toujours mieux, il apparaîtrait que le coût de la décentralisation est devenu exorbitant par rapport au moyen du pays et en comparaison avec ce qu’elle coûte dans des pays voisins et comparables.

    La cure d’amaigrissement considérée nécessaire et voulue par l’exécutif socialiste se réalisera t’elle ou sera t’elle entravée et vidée d’effet par la résistance des élus locaux? Ce n’est pas gagné, tous n’ont pas la fibre démocratique et l’intérêt supérieur du pays comme seuls ressorts!

    Enfin en cette période difficile pour tous les citoyens, et peut être encore plus pour les socialistes qui voient et constatent l’absence totale de consistance de leurs solutions pour améliorer l’existence de leurs compatriotes, je leur dis, ne désespérez pas, des solutions existent.
    Sur ce bonne fête et joyeux anniversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.