Les affirmations aussi erronées que péremptoires sur les contours du canton de Janzé-Vern


Pendant des semaines, j’ai laissé Monsieur Lecerf, affirmer que par volonté maligne, le gouvernement – soutenu en cela, évidemment !! par la majorité départementale – avait volontairement construit un nouveau canton en ne respectant pas le périmètre de la communauté de communes de la Roche aux Fées. J’ai laissé dire et écrire parce qu’il ne semblait pas qu’on puisse croire qu’à Paris, au Ministère de l’Intérieur, on s’intéressait vraiment à la candidature de Monsieur Lecerf.

 

 Errare humanum est, perseverare diabolicum

 

Mais il insiste, répète à l’envi les mêmes contrevérités. Aussi, l’élection passée, me paraît-il indispensable de rétablir la vérité et notamment rapporter l’intégralité de l’intervention de M.Lecerf qui, bien qu’il s’en défende, voulait un canton de la Roche aux Fées en « cassant » la communauté de communes de Châteaugiron. Il le dit expressément. Puis mis en face de la réalité se trouve quelques alibis : « nous n’avons pas eu le temps » Pourtant il a détaillé commune par commune son projet. « J’ai écrit ensuite au Ministère de l’Intérieur » Pour faire quelle proposition ? Et le Ministère pouvait-il de son propre chef remettre en cause un amendement voté par l’Assemblée ? Mieux que quiconque, Monsieur Lecerf pouvait savoir que la chose eût été contraire au fonctionnement de notre démocratie.

 

Une expression plus achevée de la démocratie

 

Si le Conseil d’Etat, pas suspect d’esprit partisan,  a émis un avis favorable à l’organisation des nouveaux cantons telle que proposée par le Ministre de l’intérieur et amendée par l’Assemblée départementale c’est parce qu’elle répond  aux impératifs démocratiques de proximité, de parité et d’équilibre entre les cantons. Bien évidemment, cela remet en cause les situations acquises – à gauche comme à droite – de certains élus connus et investis sur leur canton. Mais une vraie démocratie n’a que faire des rentes de situation. Je tiens à saluer cette avancée qui assure une représentation plus équilibrée entre les hommes et les femmes, entre les territoires. Et qui assure le renouvellement intégral de l’assemblée alors que la droite s’y était toujours opposée.

 

Monsieur Lecerf, dépasse la mesure par des attaques personnelles inacceptables. Il sait que n’ont été présentées comme amendements au Conseil Général que les demandes des élus locaux, pas les souhaits du Président.

 

 

Par 40 voix (les amis de M. Lecerf ne l’ont pas tous suivi) contre 13 (ils sont 18), le Conseil Général, pour éviter toute interprétation électoraliste s’est appuyé sur une logique de territoires ou d’histoire : l’EPCI de Chateaugiron d’une part et les cantons actuels de Janzé, Retiers et la Guerche (avec Vern pour atteindre le chiffre de population requis)

 

Casser la communauté de Châteaugiron mieux assurer son élection :

 

Ne considérant que « son » canton, le seul argument que M. Lecerf avance est que sa proposition est meilleure? Pour lui, sans doute ! – mais elle souffre d’un certain nombre de handicaps qu’il convient de rappeler à nouveau:

 

–          Elle n’a même pas recueilli la totalité des voix de la minorité à laquelle il appartient : 13 voix sur 18. C’est dire qu’il n’a même pas convaincu tous les siens.

 

–          L’inscription de toute la communauté de communes de la Roche-aux-Fées dans un seul canton était, évidemment,  souhaitable. Elle se heurtait à une sollicitation toute autant légitime de la communauté de communes de Chateaugiron qui, dans la proposition ministérielle, était coupée en deux.

 

–          Ainsi Monsieur Lecerf ampute, dans sa proposition, la communauté de communes de Châteaugiron, de Piré, Ossé, Chancé.

 

–          Monsieur Lecerf veut préserver la « cohérence du pays de Vitré » et n’hésite pas à y faire rentrer « Corps-Nuds » de Rennes Métropole… des arguments à géométrie variable.

 

Les cantons: juste des circonscriptions électorales :

 

Les cantons ne sont que des circonscriptions électorales et n’influent en rien sur les habitudes de vie ou les coopérations. La démocratie s’est exprimée par un vote massif à l’assemblée départementale, par le passage en Conseil d’Etat. Avant de donner des leçons en la matière, mieux vaut commencer par la respecter.

 

 

Annexe : extrait du compte-rendu des débats à l’Assemblée Départementale

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.